Après plusieurs éssais, je suis vraiment incapable de décrire en 3 mots à quel point je trouve la scène musicale japonaise insupportable. Heureusement qu’il y a Mono pour relever le niveau chez les adeptes du requin farci. Mono, c’est un post-rock instrumental totalement planant, ahurissant, du genre qu’on écoute la bouche ouverte et les yeux vides. Dès les premier morceau d’ « Hymn To The Immortal Wind » on est scotché par ce son incroyablement puissant et chargé. Le groupe s’affranchit de chant pour faire passer ses flots d’émotions, émotions d’ailleurs assez différentes de celles dont on a l’habitude dans les morceaux de Mogwaï ou Godspeed. Ici, on alterne entre gros riffs à la fois compacts et planants, et passages épurés, un piano, un violon ou un carillon et surtout une grande mélancolie. Sur scène le groupe adopte une attitude résolument Shoegaze, faisant oublier à quel point ses passages les plus mélodieux peuvent être chiants et pompeux pour emporter la foule dans ses tornades d’émotions. C’est au Furia que je suis tombé amoureux de cette bassiste en robe de nuit, tête baissée, cheuveux en avant, qui n’a mêmepas l’air de réaliser qu’elle vous fait saigner les oreilles. En voyageant avec eux, j’aurais tout donné pour qu’elle me lance le moindre regard, juste un, qui m’aurait libéré de toute cette émotion qui vous prend aux tripes au contact du quatuor japonais. Mais rien évidemment, de toutes façons j’ai jamais de chances avec les filles. Je suis allé pogoter sur Suicidal Tendencies pour oublier, ça a pas trop mal marché.

Pirater cet album!

Publicités

C’est en recherchant  » sun size twinkle  » de Dimlite entendu sur l’essential mix de flying lotus que j’ai découvert Jason Chung, aka Nosaj Thing, a travers le morceau  » Bach « . J’ai adoré . Comme quoi le hasard fait bien les choses. Découvrez donc « Drift » de Nosaj Thing tout droit sorti de l’écurie  Alpha pup records.

folder Par ici

Tant qu’a faire voici son EP, Octopus

views-octopus-by-nosaj-thing_lxlosdy__cqx_full Par là

Ici quelques remix :

Reckoner – Radiohead

Nice Tights – Jogger

Camel – Flying lotus

J’ai mis quelque chose comme un mois et demi avant de me décider à vraiment écouter Dälek, ce genre de choses arrive souvent, on se doute qu’on va aimer mais on ne se sent pas prêts. L’album commence donc et il tourne depuis trois jours. Je me trouve d’ailleurs incapable de dire le nom d’une seule chanson et pourtant je les connais toutes par coeur, pour dire : les meilleurs albums n’ont pas nécessairement d’unicité, mais quand il en ont, on passe à un autre niveau. Ca s’applique aussi à Panopticon d’Isis d’ailleurs. Tout ça pour dire : Dälek c’est sombre et lourd, mechant souvent et toujours lucide. C’est un poing dans la gueule et un sourire édenté. Ca grésille et ca tape, toujours précisement et à l’heure.

d__lek_abandoned_language

Serrez les fesses.

1983 est le premier album de l’excellent « Beatmaker » américain Steven Ellison, plus connu sous le pseudonyme « Flying Lotus ». C’est la tête d’affiche du Hip Hop alternatif californien (Nosaj Thing, Dabrye, Deadelus etc…). Lorsque je suis tombé sur le beat ravageur du neveu d’Alice Coltrane, je me suis surpris en train de hocher la tête tout seul dans ma piaule comme un débile. Le pire c’est que c’était tellement bon, donc j’ai continué jusqu’à ce que l’album se termine et me laisse un vague sentiment de nostalgie et de bonheur. Si vous avez un minimum de coeur (par exemple : si vous trouvez que « Miskine le poussin » c’est marrant, mais à la fois vous vous sentez mal pour le poussin) vous comprendrez ce que j’entends par là! C’est le minimum de la part d’un membre d’une famille de génies musicaux, que de nous faire partager des réussites comme celle la. Bonne écoute et régalez vous.

http://a0.vox.com/6a00c2251c04e5604a00d4144a24903c7f-500pi

Faites vous plaisir

01. 1983
02. Sao Paulo
03. Bad Actors
04. Orbit Brazil
05. Shifty
06. Babble
07. Pet Monster Shotglass
08. Hello
09. Untitled #7
10. Unexpected Delight (Ft. Laura Darlington)
11. 1983 (Deadelus’ s Odd-Dance Party Remix)

Pour découvrir, 1983 :

J’oubliais! Suite à cet opus, il signe chez « WARP » (encore un mec génial sur ce label) le très bon Ep « Reset ». Toujours dans le même esprit, un chouilla moins expérimental. Je vous laisse découvrir l’univers :

https://i1.wp.com/1.bp.blogspot.com/_SeZykSBelM8/RuvAAwlwO-I/AAAAAAAAAIY/EqDa-_-8TZc/s400/FlyingLotusReset.jpg

Decollage

01. Tea Leaf Dancers
02. Vegas Collie
03. Massage situation
04. Spicy Sammich
05. Bonus Beat
06. Dance Floor Stalker

Le très bon clip (je ne sais pas si c’est une réalisation officielle) de « Tea Leaf Dancers ».

On est mardi matin, et comme tous les mardis matins, j’ai ce sentiment aussi futile qu’agréable que je ne vais pas arriver en retard à la fac. Comme tous les matins, la question cruciale du petit déj’ aura été : « qu’est-ce que je vais écouter dans le métro? ». J’ai scruté mon café pendant 5 bonnes minutes, sans bouger, il ne m’a pas répondu. Alors je me suis levé, j’ai bougé jusqu’à mon lecteur mp3, j’ai farfouillé, et je suis tombé sur Love And Hate In Dub. Parfait. L’album n’est pas très interessant à décrire, c’est une compil de remixes de Godflesh version plus ou moins Dub, c’est pas hyper hyper fin, mais vraiment excellent. Juste ce qu’il fallait.

Pirater cet album!

Avant de faire ce pour quoi on connait Fink (ce dont je ne prendrais pas le risque de parler ici), le groupe britannique développait une ambiance lounge-minimaliste loin d’être désagréable. Cet album explique pourquoi Fink est chez Ninja Tune.

Fink - Fresh Produce

La Fraicheur

Sur le papier, My Heroes Have Always Killed Cowboys pourrait être l’album parfait; efficace, rapide, sans aucune fioriture, les riffs sont bien lourds et l’ambiance pesante, alternant entre montées planantes façon Godspeed et descentes écrasantes à la Isis. Le chant est sans concession, hurlé du début à la fin, empli de cette émotion un peu limite mais jamais poussive qui rend trop souvent le Screamo insupportable. On peut simplement reprocher à cet album d’être un peu court, 5 morceaux qui se ressemblent quand même beaucoup, d’autant plus qu’on a l’impression d’avoir déja entendu la moitié des lignes de guitares (le riff final est quasiment le même que celui qu’on entend à la fin de Carry d’Isis dans Oceanic). Malgré ça, il reste une bonne grosse claque, et chaque phrase scandée en boucle garde toute son efficacité. A écouter absolument.

Pirater cet album!

En attendant de trouver l’inspiration pour la perle de « Kode 9 » et « The Spaceape », « Memories of the Future » (je ne tiens pas a foirer cet article). Je vous conseil, pour attendre, le très bon « Find My Way » de « Kode 9 ». C’est le genre de son qui s’écoute en vinyl avec le petit crépitement du diamant et des enceintes (woua comment il se la pète avec son beau vinyl). A écouter aussi en 33, on ne reconais plus du tout le morceau! Mais on a l’impression qu’il a été composé pour les deux vitesses de lectures (c’est un 45tours a la base). Place a la musique !

Très galère de trouver le lien pour cet Ep. Donc contentez vous de la vidéo. Et je le redis, Si vous en avez l’occase et les moyens achetez le vinyl. Le son n’a rien a voir avec la video (beaucoup plus de nuances et de puissance).

 

Que ce passerait-il si Massive Attack jouait en acoustique? C’est la première chose que j’ai pensé en écoutant José Gonzales : une simple guitare capable de creer une ambiance aussi lourde que le mythique groupe de Bristol. Veneer, premier album du suédois/argentin vaut vraiment le détour.

Veneer_Cover

Ici.

Dj Mujava est, depuis un peu plus d’un an, la tête d’affiche du mouvement electro Sud-Africain. Véritable coup de coeur du label « Warp ». Il lui était totalement impensable, il y a encore peu de temps, que ses sons saccadés et éléctrique au rythme « Dancehall », influencé par le « Uk Garage » sorte un jours de son « Township », Atteridgeville (bidonville, dont le nom signifie en zulu « Fin de l’histoire », crée dans les années 30 ,aux cotés d’une centrale nucleaire, pour la population noire de Pretoria, capitale administrative de l’Afrique du Sud). Et pourtant le Dj Sud Africain est passé de mixtapes que s’échangeaient, entre autre, les chauffeurs de Taxi dans son ghetto, à une renommé internationale et a faire la tournée des clubs du monde entier! Par contre il faudra être patient pour son premier album (toujours pas de date de sortie prévue), mais je vous mets le clip de « Township Funk » avec en plus des remixes de Diplo et de Jayou ! Bonne écoute.

Township Funk (Original Mix)
Township Funk (Diplo Remix) 
Township Funk (Jayou Remix)