Microfilm – A journey to the 75th

25/12/2009

Il y a beaucoup d’espoir dans Microfilm ; quelque chose de plus complexe en fait. Enchevêtrement d’émotions pas clairement désignées. Il n’y a pas de chant, il a été remplacé par des répliques de film -ça parait logique- des paroles sorties d’on ne sait trop où, et avec ces mots empruntés, le quatuor poitevin explore tout ce qui est possible.
Souvent, les breaks surprennent et on se rend vite compte qu’en écoutant cet album, on s’assied sur un siège éjectable. Mais une fois en l’air, c’est d’autant plus magnifique. Il y a un couple de guitares qui jouent à se chasser et la basse, grave, semble les surveiller. L’album prend parfois des airs de course après la lune que la batterie rattrape, à ne s’arrêter jamais de cavaler et cavaler encore. Subitement il n’y a plus que des arpèges et la voix de Françoise Lebrun résonne dans l’espace sonore incroyable de Microfilm, creusé à coup de sublime, de sensuel, d’emphase et de colère insolente. Nos émotions sont des pantins, Microfilm tient les fils.

Wouhou!

Publicités

Une Réponse to “Microfilm – A journey to the 75th”

  1. […] (Propellerblume), au rock instrumental sur lequel vient se poser un sample plus proche d’un Microfilm (Und Das Ende), cette voix plus que scandée où le sol s’effondre (Kurz) et la gigantique […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :