Sixteen Horsepower – Secret South

01/01/2010

Il neige à Paris, du coup on a un goût d’hiver dans la gorge : il manquait l’album qui va avec. Avant tout, il y a une chanson -« Praying Arm Lane »- qui justifie à elle seule cet article. Sorte de litanie sortie du fond des plaines nord-américaines. Banjo délicat et guitare lascive et toujours un tambour qui roule inlassablement. Il y a la voix aussi, surtout, sorte d’équivalent américain de Bertrand Cantat, sans les paroles pour étudiantes en manque de poésie. Le tout dégage quelque chose de profondément primitif et enneigé, comme une solitude agréable : peut-être la version plus douce de l’Anonymous de Tomahawk, mais c’est chercher loin.

Tadam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :