Ed Gein – Judas Goats & Dieseleaters

04/05/2010

Ed Gein, c’est un peu l’inévitable. Comme l’aboutissement de 20 ans de musique extrême, le point sur 20 ans de grindcore qui évolue dans des directions plus ou moins intéressantes. Rien de surprenant dans cet album, puisque ce n’est rien d’autre que ce qu’on est en droit d’attendre à l’heure actuelle. Le grind est technique, maîtrisé; le message est clair est simple, et les paroles de l’album entier tiennent aisément sur une feuille de PQ. Et pourtant tout y est, politique, religion… tout y est quoi ! La basse claque, surprend, la voix défouraille, la batterie blaste, se calme, tout s’alourdit quelques secondes pour repartir encore plus vite, dans une fureur vivifiante qui redonne ses lettres de noblesse au genre, loin des absurdités mal senties d’un Last Days Of Humanity ou d’un Spermswamp. Bien joué les gars, Nick Bullen peut être fier de vous !

Pirater cet album !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :