The Saddest Landscape – You Will Not Survive

18/11/2010

« We are desperate kids doing extraordinary things,

And we are just like you,

We are, we’re just like you »

C’est le premier truc qui m’a fait prendre conscience de la splendeur de cet album, cet interlude si tendu d’Eternity Is Lost On The Dying. The Saddest Landscape c’est ça, une batterie qui garde une tension constante, fait monter des intros qui prennent feu comme une trainée de poudre pour toujours exploser en 1000 fragments, ce chant qui arrive toujours abrasif, profond, bien au delà de l’écorchure habituelle du screamo. Au delà, comme tout le reste dans You Will Not Survive, plus loin, plus imposant dans la mélancolie. La voix s’est affermie depuis les précédents albums, plus particulièrement les passages plaintifs, chant presque clair aux cotés salement émo qui ont gagné en assurance. Le temps des larmes est passé, The Saddest Landscape est devenu adulte et ne laisse plus de place pour autre chose que le désespoir qui s’étale sur 7 morceaux comme autant de paliers vers le vide absolu. Tout devient futile, on sort de cet album lessivé, l’esprit embrumé et les idées pas beaucoup plus claires qu’avant. Les 4 premières lignes de chant de Torn, Broken, Beautiful, la montée incroyable de Imperfect But Ours, ces vagues de guitares imposantes qui en viendraient presque à rappeler Oceanic; chaque note est maitrisée, contenue, la violence se distille, mélodies hachées et hurlements scandés sans jamais perdre en intensité. Tout ce que la production perd en énergie brute se retrouve dans une précision qui amène une efficacité qu’aucun des albums précédents n’avait atteint. Les paroles ont perdu toute trace d’espoir, gardent simplement cette candeur et cette innocence qui ne parle plus d’amour mais de déception, perte, regrets… « We / Build walls / To feel less / Alone ». Il m’a fallu des dizaines d’écoutes pour commencer à vraiment apprécier You Will Not Survive qui n’a finalement pas grand chose de plus que les autres; peut-être simplement plus rien à perdre, seulement un cri à livrer, au dessus de toute volonté destructrice, impressionnante, ravageuse, ou encore révolutionnaire. Un message dénué de volonté, l’énergie du désespoir concentrée en une seule œuvre monumentale, Imperfect But Ours « And I / Promess / We will / Solve this someday »

Pirater cet album !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :